Papier Zink

papier-films-zink-appareilphotoinstantane.net

Fiche technique

  • Taille du film : 5,08 cm x 7,62 cm
  • Taille de l'image : 5 x 7,5 cm sans marge
  • Finition photo : brillant
  • Sensibilité : N/A
  • Pellicule : couleur
  • Type de pellicule : développement de photos instantanées
  • Compatibilité : Polaroid Socialmatic, Polaroid Z2300, Polaroid SNAP, et imprimante Polaroid ZIP.

Films Instax Mini

Le papier Zink Zero Ink est un papier thermique multicouche, qui utilise une invention relative ancienne mais qui a dû être développée pour l’usage dans le cadre de la photographie argentique, le tout sans encre ou ruban.

Zink Zero Ink est le tout premier papier sans encre (Zero Ink en anglais) et qui permet l’impression de clichés et images de bonne qualité. Initialement inventé en 1990 par le fabricant japonais Fujifilm, l’entreprise a lancé une seconde génération qui fut développée dans les années 2000 et la commercialise sous le nom de « Zero-Ink » (ZINK). Actuellement, c’est la technologie la plus souvent utilisée par les appareils photo à impression instantanée et elle est protégée par plus de 100 brevets.

En réalité, le papier ZINK se compose de plusieurs couches faites de produits chimiques sensibles aux couleurs primaires (bleu, rouge et vert) et sont très fines (aussi épaisse qu’un cheveu). Les produits chimiques sont composés de petits cristaux de couleur, appelés « cristaux amorphochromiques », inventés par la société ZINK Imaging. Recouvertes d’un revêtement de polymère, les couches sont alors protégées de l’humidité, de l’exposition aux rayons UV ainsi que d’une possible décoloration au fil du temps. Selon de statistiques fournies par l’entreprise, ce papier résisterait très bien à la chaleur, à la lumière et à l’humidité. Ainsi, les photographies resteraient nettes pendant quinze ans même si elles sont exposées au soleil, et plus de 50 ans si elles sont stockées dans un endroit protégé de la lumière. En plus de cela, le papier est résistant aux déchirures.

En passant via un processus assez complexe, chacun des cristaux amorphochromiques, des molécules photosensibles, réagissent au cyan, jaune et magenta, qui vont ainsi se stabiliser et permettre la reproduction d’une large gamme de coloris et teintes qui sont nécessaires à l’impression d’un cliché en couleur.

Le procédé utilisé dans le cas du papier Zink est un procédé thermique qui révélera l’image et ses centaines de couleurs, grâce à la fusion des cristaux le composant au moment du passage dans une imprimantes thermiques (évidemment).

Et pour encore plus profiter de vos photographies imprimées (et sèches en quelques secondes) sur un papier Zink, celui-ci est autocollant.